les Députés interdisent les néonics en 2018… mais avec des dérogations jusqu’en 2020

Les députés ont voté dans la nuit sur l’interdiction des néonicotinoïdes. S’ils ont entériné le principe de l’interdiction en 2018, cette interdiction ne sera totale qu’en 2020 puisque les députés, avec l’appui du gouvernement, ont introduit la possibilité de dérogations.

L’UNAF dresse un bilan en demi-teinte de ce vote :
1. C’est une avancée incontestable par rapport au statu quo. Qui aurait imaginé il y a 1 an et demi qu’une telle interdiction serait adoptée ?
2. Les dérogations constituent néanmoins un recul important par rapport aux lobbies. Avec les changements politiques possibles à venir, nous ne sommes pas à l’abris que de nombreuses dérogations soient délivrées. Nous resterons bien entendu extrêmement vigilants sur ce point.

Comme déjà indiqué, cette étape était décisive.
Mi-juillet, les sénateurs vont eux-aussi se prononcer en 3ème lecture.
Fin juillet, l’Assemblée Nationale, devra dans une 4ème et ultime lecture, choisir entre la version de l’Assemblée et celle du Sénat sur les néonics. Il nous appartiendra de faire en sorte que les députés qui nous soutiennent soient présents le jour du vote pour valider la version de l’Assemblée.

Un grand merci à vous pour votre mobilisation.
Même si cette version est loin d’être à la hauteur de l’urgence, nous avons su instaurer depuis un an un rapport de force qui nous a permis d’obtenir une avancée. Et cette décision française devrait avoir de très importantes répercutions au niveau européen, voire international.

Vous pouvez retrouver le vote de vos élus à cette adresse :
http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/14/(num)/1297

Bonne journée,

COMMUNIQUE DE PRESSE
Néonicotinoïdes : interdiction en 2018 avec dérogations possibles jusqu’en 2020. Pour l’UNAF : une avancée ternie par un recul face à la pression des lobbies agricoles et industriels !

Dans la nuit du 22 au 23 juin, plus de vingt ans après les premiers dégâts sur le cheptel apicole, les députés ont enfin adopté le principe de l’interdiction de tous les néonicotinoïdes en 2018 mais avec des dérogations encore possibles jusqu’en 2020. In fine, l’interdiction totale des néonicotinoïdes ne sera réellement effective qu’en 2020. L’Union Nationale de l’Apiculture Française regrette que les députés aient assoupli le principe d’une interdiction sèche en 2018 et qu’ils aient cédé aux pressions des lobbies agricoles et industriels.

En effet, pour les abeilles et les pollinisateurs, une interdiction réelle en 2020 maintiendra leur exposition aux résidus de néonicotinoïdes jusqu’en 2022 au moins. A titre d’exemple, l’imidaclopride peut être absorbée par des cultures non-traitées à des niveaux toxiques pour les abeilles jusqu’à deux ans après la première utilisation.

Par ailleurs, de nombreux agriculteurs en agriculture conventionnelle font déjà le choix de se passer de ces pesticides. Par exemple, Limdor qui produit chaque année 21 000 tonnes de pommes a fait le choix de ne plus utiliser les néonicotinoïdes (1). Dans le cadre des réseaux DEPHY, de nombreux agriculteurs expérimentent des techniques innovantes qui ne nécessitent pas ces pesticides. Les alternatives sont là, elles existent : ce n’est qu’une question de volonté des pouvoirs publics et du monde agricole de les diffuser et de les accompagner.

Pour Gilles Lanio, Président de l’UNAF, « Si le principe de l’interdiction de tous les néonicotinoïdes en 2018 constitue une véritable avancée par rapport au statu quo, l’UNAF déplore l’introduction de la possibilité de dérogations jusqu’en 2020, date bien trop lointaine. Une interdiction totale dans 4 ans, c’est potentiellement 1,2 million de ruches supplémentaires décimées. La décision n’est pas à la hauteur des enjeux car il y a urgence à protéger les abeilles et les pollinisateurs et le service de pollinisation qu’elles rendent gratuitement. L’UNAF remercie les associations, les élus et tous nos concitoyens qui se sont mobilisés pour obtenir cette interdiction. Nous demeurons tous vigilants jusqu’à l’adoption finale de la loi biodiversité. »

1,http://www.certifiedbeefriendly.org/limdor-rejoint-le-bee-friendly/

(107)

Ce contenu a été publié dans Les Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.